BIOGRAPHIE

Je m’appelle Fady Bazzi, je suis né le 1er Avril 1969 au Liban, au bord de la méditerranée d’où viennent mes ancêtres. La Côte d’Ivoire, ma terre adoptive m’a vu grandir. C’est sur cette terre bénie que j’ai fait mes premiers pas. C’est à elle que je dois mes premiers frissons, mes petits et grands bonheurs et même mes premiers chagrins d’adolescent.

C’est sous ce soleil d’Afrique que vont naître mes rêves et grandir. Chanter ! Oui chanter, aussi surprenant que cela peut-il paraître car descendant d’une famille de commerçants comme la majorité de notre communauté. Il est donc, complètement impensable pour mes parents, de voir leur fils devenir chanteur. Ne dit-on pas que vouloir c’est pouvoir ? Et bien, je suis allé jusqu’au bout de mes rêves et ils devinrent réalité.

A 16 ans en 1985, j’écrivis et composai ma première chanson qui s’intitule «Mes nuits sans toi »

En 1990, afin d’enregistrer mon premier album et ne pouvant compter sur le soutien de ma famille vu mon choix, je me vis dans l’obligation de vendre ma voiture en plus de quelques économies que j’avais. Cet album aura pour titre le nom de la chanson phare : « Comme un naufragé »

Je suis accompagné par les meilleurs professionnels de la musique Ivoirienne entre autres, le grand et talentueux arrangeur Marcelin Yacé (Paix à son âme). C’est tout de suite le coup de foudre avec le public ivoirien. Grâce à l’aide de quelques amis animateurs de la télévision Ivoirienne, j’ai participé à plusieurs émissions télévisées et «Comme un naufragé », devient un tube que l’on pouvait entendre et fredonner dans tout le pays.

En 1992, soit deux ans après mon premier album, je me prépare à sortir le deuxième. Il s’intitulera «Tant qu'il y aura des femmes ». Mon public, toujours sensible à mes paroles, ne tarde pas à réagir. Les ventes sont au-delà de mes espérances ; Ce qui vient me réconforter et me rassurer de mes talents d’artiste.

Un an après le remix de mon premier Best Of en 1994 et l’enregistrement d’une nouvelle chanson : « Je t’oublierai », je commence à être connu au Liban. Ce nouveau public me découvre à travers les radios francophones libanaises. Comme en Côte d’Ivoire, le public libanais l’accueille avec enthousiasme. Pendant plusieurs mois, « Je t'oublierai », « Tant qu'il y aura des femmes » et « Comme un naufragé » occupent les premières places au Top français du Liban. L’accueil du public est fantastique ; ce qui vient me mettre un grand boom au cœur après tant de labeur. Les dédicaces et les interviews radios et TV s'enchaînent. Ainsi mes paroles touchent le cœur des gens, et en particulier les femmes, plus sensibles aux paroles de mes chansons. Elles aiment le romantisme qui émane de moi, parce que je chante avec passion, les sentiments qui me traversent, comme je vis ma vie.

Comme pour un père et une mère, je me trouve partagé entre l’amour du Liban et celui de la Côte d’Ivoire. Qui aimerais-je le plus ? Bien sûr les deux. Ce qui sans nul doute, crée un lien d’amitié et de fraternité entre mes frères Libanais et Ivoiriens et moi-même.

C’est en 1995 que je prépare mon troisième album. Un titre dans cet album s’intitule : « Dounia ». Dounia, qui vient de l’arabe et qui veut dire littéralement la vie, est aussi utilisé en langue malinké. Le malinké est parlé dans toute la Côte d’Ivoire et en particulier dans le nord. Cette chanson est un hommage et témoignage de mon attachement à ma deuxième patrie qui est la Côte d’Ivoire. Mes fans, amis et frères Ivoiriens sont ravis et surpris. La presse me surnomme alors : « L’Africain Blanc » 1996 est l’année de sortie de mon second Best Of et de mon quatrième album, intitulé : « Avec ou sans toi ».

Les quatre années qui suivent, marquent un arrêt brutal dans ma carrière si belle et si fulgurante. Mon père décède en 1998. Étant l'aîné de la famille, je me vois dans l’obligation d'assumer des responsabilités envers ma mère, ma sœur et mon frère. Ayant pris un engagement au chevet de mon père malade, je me devais de respecter ma promesse qui était de m'occuper de la famille et veiller à, ce qu'ils ne manquent de rien...

Toutefois, mes nouvelles activités et responsabilités professionnelles ne m’empêchaient pas d'écrire ni de composer, car pour moi, c'était vital. J’ai besoin de créer pour vivre… Malgré mes préoccupations professionnelles, je décide de reprendre ma carrière.

C'est en 2002, au Liban, que j’enregistre mon cinquième album, intitulé : « Jaloux ». Album que j’ai réalisé avec mon arrangeur ivoirien Evariste Yacé et l’arrangeur libanais Boudi Naoum. En effet, tout mon souci est que les deux cultures, orientale et occidentale, soient représentées, qu'elles mélangent leurs musiques et harmonisent leurs couleurs. Parmi les douze titres, la chanson qui porte le même titre que l'album, se détache. « Jaloux » devient très vite le tube de l'été et la meilleure vente francophone de l'année au Liban. Cette chanson fait le bonheur des noctambules, surtout les femmes! Encore une fois, mes mots s'adressent à elles, en particulier. Ils décrivent la vie telle qu'elle est, et l'Amour tel qu'on aimerait le vivre. Chaque titre est un morceau de ma vie, qui s'apparente à une confidence…

Au mois de novembre de la même année, j’ai été invité au World Super Models 2002. J'y chante mon meilleur tube: "Jaloux". L'émission est retransmise sur plusieurs chaînes par satellite et regardée par des millions de téléspectateurs.

En 2003, j’ai même été sélectionné pour représenter le Liban, par le comité d'écoute de l'association Charles Trenet, organisateur du tremplin de la chanson francophone. J’arrive à la finale qui se déroule en France, au Casino de Paris et décroche la deuxième place en Mars de la même année. En avril, j’étais la vedette internationale de Miss Tourism Intercontinental 2003, qui a eu lieu en Malaisie.

En juin de cette même année, je sors mon sixième album : « Pour Elles » et mon premier DVD qui est le premier DVD musical du monde arabe.

Ma nouvelle vie m’éloigne de mes affaires, de ma famille et de ma Côte d’Ivoire que j’aime.

Les 15 et 16 août 2003, j’offre deux concerts Live inoubliables à mes fans, en plein cœur de Beyrouth. Plus précisément au BIEL, là où ont chanté, toutes les Stars venues au Liban en concert. Ce sont toutefois mes derniers concerts, au Moyen-Orient comme en Afrique, car j’ai un nouveau défi à relever, un nouveau rêve à concrétiser : ma sortie en France.

En Novembre de la même année, l’un de mes plus beaux rêves se réalise ; Mon premier concert à Paris. Moment magique que j’ai passé ma vie à attendre. Ce concert restera gravé à jamais dans mon cœur. Je me revois encore me baladant dans les rues de Paris. Mon cœur battait si fort à chaque fois que je croisais les affiches annonçant le concert.

Nous sommes en 2006, depuis trois ans, je n'ai qu'un seul objectif : la France. Je consacre tout mon temps à préparer mon nouvel album composé de quinze titres et à frapper aux portes des maisons de disques françaises. Les années 2004 et 2005 s'avèrent les plus difficiles de ma carrière… Je me rends très régulièrement à Paris, envoyant des centaines d'albums et des dossiers de presse dithyrambiques et prenant des dizaines de rendez-vous, etc... Mais personne ne veut vraiment croire que je puisse avoir une chance de sortir et d'avoir du succès en France. Je ne me décourage pas. Au contraire ! Je puise en moi la force nécessaire pour dire un jour : « Ce n'est pas à vous de décider de ma réussite en France, c'est le public Français et lui seul.

C'est en 2007 que la France me découvre via internet. Cet album regroupe les plus belles chansons de ma carrière et quatre titres inedits. J’ai le cœur léger, car je ne dois rien à personne. Tout vient de moi : mes paroles sont le pur reflet de mon âme et mes mélodies portent en elles la profondeur des sentiments qui m'animent et la richesse des cultures qui me nourrissent. Cet album ne sera pas distribué dans les bacs en France mais FBI Music France réussira à y vendre, via mon site internet, plusieurs milliers d’albums. Je passe alors la plupart de mon temps dans les avions entre Abidjan, Beyrouth et Paris.

Comme la plupart des artistes qui entrent en scène, j’ai un peu le trac, bien sûr… Il faut dire que j’ai tout fait pour y arriver et que je me suis donné à fond! Malgré les épreuves de la vie et le scepticisme de certains, je n’ai jamais douté de moi ni de mon public. Je me suis toujours battu et j’ai toujours persévéré. Aujourd'hui encore je vis ma vie en suivant mon instinct, ma voie, mon étoile… Il m’arrive d’être dans une capitale du Moyen-Orient ou d’Afrique et d’entendre sur une radio locale l’une de mes plus belles chansons : « Jaloux ». Il m’arrive d’être en boîte de nuit et de voir les gens se ruer sur la piste dès que le D.J. la passe. Quel plaisir ! Quelle émotion ! Merci Bon Dieu…

Mais comme pour donner raison à mes parents et en particulier à Feu mon père, je suis attendu pour relever d’autres défis, d’autres responsabilités. Je suis à la tête du Groupe Bazzi. Groupe qui porte mon nom et le nom de mon Père. J’ai consacré ma vie à le bâtir. Je suis aujourd’hui, à l’âge de quarante ans, convaincu que je dois finalement choisir. Choisir entre ce que j’aime faire et ce que je dois faire…

J'ai une grande décision à prendre et je suis déchiré entre ma passion et mon devoir, entre mon cœur et ma raison. Vis-à-vis de ma famille, je dois veiller à ce que mes affaires restent florissantes. J’ai promis à mon Père sur son lit de mort que je resterai auprès de ma famille, quoiqu’il arrive.

Je décide donc de consacrer ma vie à ma Famille et au Groupe Bazzi.

Avant de quiter le monde de la musique, je me dois de remercier beaucoup de gens merveilleux qui m’ont accompagné lors de mon parcours musical : Alain Sawaya, Boudi Naoum, Elias Rahbani, Evariste Yacé, Guillaume Ezzedine, Jad Rahbani, ,Jean Marie Riachi, Marcelin Yacé (Paix à son âme), Olivier Blé, Rindala Kodeih, Roger Chlela (paix à son âme).

Et pour rester à jamais auprès de vous et dans vos cœurs, vous mes nombreux fans et surtout pour vous rester fidèle, je vous offre tout mon répertoire et spécialement toutes mes dernières et nouvelles chansons que vous pourrez télécharger gratuitement sur mon site. Mes quinze nouvelles chansons que j’enregistre pour vous depuis trois ans. Ce dernier album est un grand Merci à vous tous. Un Adieu musical et un souvenir que je vous demande de garder précieusement.

Mon dernier rêve musical est que mes fans fassent découvrir ma musique au monde entier...

Je vous remercie d’avance de m’aider à réaliser ce dernier rêve musical. Que Dieu vous protège et qu’il veille à la réalisation de tous vos rêves.

 

(Biographie Suite)

J'écrivais la Biographie ci-dessus en 2010... Sans m'imaginer que je ne pourrais vivre sans écrire, composer et chanter... Que la musique était le moteur de toute ma vie... Le Bon Dieu en a décidé autrement...

Il y a eu un Album en 2012... Un Album en 2015 et Aujourd'hui, en 2017, le Rêve de toute une vie... Un Nouvel Album pour une Sortie en France et dans le Monde Entier... Je croise les doigts...

Puisse le Bon Dieu embellir la fin de ce rêve inachevé...

Fady Bazzi

 

ACCUEIL BIOGRAPHIE NEWS DISCOGRAPHIE PHOTOS VIDEOS PRESSBOOK